08/02/2016

IRREMEDIABLE parodie "Inseparables" Mylène FARMER

Irrémédiable

Le diable parmi nous, fait de nous, ses modèles

Il a tous les atouts dans son jeu cruel  

Il nous mène en dérive, puis nous abandonne

Remplis de haine, noyés d'envies

C'est le sort des hommes

 

Qu'on se débâte, qu'on attaque, mais la fin nous guette

De nos prières, il s'en moque

Et redouble ses tempêtes

Et notre monde se disloque

Nous sommes les enfants du vice

Qu'on soit mulâtre ou bien des nobles

Vers l'enfer, on glisse !

 

Le diable parmi nous, il nous ensorcelle

Avec nos âmes, il joue et les démantèle ! 

Il gèle dans nos esprits et l'on déraisonne

Nous sommes les germes de l'apocalypse

C'est la fin de l'homme

 

01/12/2015

RESURRECTION parodie "L'annonciation" Mylène FARMER

Résurrection  
Il a quitté son étui cet esprit     
Sous peine dans l’infini                                        
Se doit d’être repenti                                              
Le verdict est donné selon la vie,
Le chemin qu’il a suivi  d'humain ici 
 
Cette âme en prison se meurt                                 
Pétitionne le Seigneur
L’implore pour autre demeure, un bonheur
Une seconde chance un meilleur
L’ange sera l’inquisiteur de ses erreurs 
 
En proie aux Dieux qui les punissent
Parce que les hommes font le malheur
Nos choix peuvent être nos préjudices
Coincés dans l’antre du créateur 
 
Comment, par quelle alchimie, les esprits
Reviennent arranger leurs vies
Les défauts qui n’ont permis paradis
S’approprient l’anatomie dans un cœur
Revivent ailleurs, pauvres pêcheurs                
 
En proie aux Dieux qui les punissent
Parce que les hommes font le malheur
Nos choix peuvent être nos préjudices
Coincés dans l’antre du créateur 
                                                                                              Le 08/06/07     L’annonciation  – MF – 45

23/11/2015

LES TREMIES parodie "Elle a dit" Mylène FARMER

Les trémies
Que soit bénie cette nourrice qui ploie pour eux dans la misère
Ces opportunistes la prévarique
Son idiotie la floue, la perd !
 
Dans cette ironie, elle n'a rien compris de la résultante hospitalière
Ils ont envahis sa terre et sa vie
Remet des mangeoires pour les faire taire !
 
Leur effectif devient excessif, tous ces oiseaux bectent ses parterres
Ces improductifs demandent sacrifices
Elle ne veut être démissionnaire
 
Ils sont une menace pour son potager
Mais plus elle en chasse, plus ils reviennent !
Elle n'a plus de quoi payer son loyer
Son économie en a souffert
 
Elle a mis des graines
Elle a mis aussi une fontaine
Elle ne peut sortir sur sa terrasse
Elle supporte leurs cris
C'est un vacarme
 
Il y a des pies, des corbeaux aussi
Tous rappliquent dans cet asile
Elle en paye le prix, elle s'appauvrit
Sauvant les âmes d' ces volatiles !
 
Toutes ces colonies variées, démunies
Arrivent chez cette bonne étrangère
Ils se reproduisent, forment des familles
Elle ressent remords de ses torts !
 
Elle a mis des graines
Elle a mis aussi une fontaine
Recouverte de leurs fientes qu'elle ramasse
C'est un grand fourbi
Et elle s'alarme
 
Elle a mis des graines
Elle a mis aussi une fontaine
Elle ne peut sortir sur sa terrasse
Elle supporte leurs cris
C'est un vacarme
 
Elle a mis des graines
Elle a mis aussi une fontaine
Recouverte de leurs fientes qu'elle ramasse
C'est un grand fourbi
Et elle s'alarme
 
Le 25/06/2013- P/  Elle a dit – Mylène FARMER