23/08/2017

LES DEUX POLES parodie "City of love" Mylène FARMER

 

Les deux pôles

Quand je danse et j'y crois
Hilare
Dans l'extase à s'y méprendre ! Hum,,,,,,,,
 
Un instant, chemin faisant
La morsure gît du néant
Le noir avide d'un grand vide
Qui s'avançant
 
Je suis une pauvre élève
En chemin sur la vie
Et touchant l'automne
Dans le secret entre les deux pôles
Jamais n'être la même
Dans ce monde dénanti
Hélàs, ne comprends
Ma vie secrète au creux des deux pôles
Entre les deux pôles
 
Déconnecte par la peur
Foudroyée par le courage
Je laisse mon esprit flâneur
Sur des pages
 
Et me sarclant d'idées noires
Je m'étourdis d'utopies
De tous les affronts, m'allège
Je souris
 
Je suis une pauvre élève
En chemin sur la vie
Et touchant l'automne
Dans le secret entre les deux pôles
Jamais n'être la même
Dans ce monde dénanti
Hélàs, ne comprends
Ma vie secrète au creux des deux pôles
Entre les deux pôles
 
Le 24/12/2015- P
City of love - Mylène FARMER 

22/07/2017

L'ECHO DE NOS VIES parodie "Les mots" Mylène FARMER & SEAL

 
L'ECHO DE NOS VIES
Fatalement, cruel sort                
L’indéniable issue du corps            
L’étape que maint esprit appréhende          
Expirer l’écho qui tremble !
 
Certaines audaces laissent traces
D’autres passent et puis s’effacent
L’évènement s’impose et renverse les ondes
De ce monde
L’histoire s’expose et rend hommage 
Quand l’absence imparable endommage !
 
Ephémère tel un éclair,
L’écho de nos vies !
Nos grands-pères nous confèrent
Le temps des récits                                      
Peu de vie indélébile                                   
Plus fort est l’écrit
L’écho retentissant
L’écho, d’un jour marquant !
 
Méditer sur le passé
Faire semblable ou à l’inverse
Mais perpétuer les mémorables confesses
Que tous les aînés nous laissent !
 
Dans tous ces échos qui restent
Nombreux sont ceux qui nous blessent               
Ils s’éliment au fil du temps indéfini
Certains résistent !                         
Que l’aïeul nous transmette
Comme l’échotier qui sonne témoignages
 
Ephémère comme l’éclair,
L’écho de nos vies !
S’évanoui de par la terre
Porte nos esprits
Mais s’oublie l’écho futile(128) 
Dort à l’infini
L’écho disparaissant
L’écho, d’un jour passant !  
Le 16/04/07  Les mots  – MF – 49

AINSI LE JEU parodie "Ainsi soit-je" Mylène FARMER

 
Ainsi, le jeu ! 
Nul ne revient  
Foule d’incertitudes !
Un lendemain
Sans un crépuscule !
Le jeu est mortifère
S’endormir de toutes manières
Dépenser les instants
Mais surtout vivre à tous les temps !
 
Nul n’est malin, 
Foule dans cet accul !
Plus de chemin,
De vicissitudes !
Tu deviens en naissant
Condamné par un Dieu puissant
Il n’y a de plus pressant
Que de vivre le moment présent !
 
Ainsi le jeu 
N’est qu’au début
Mais se termine !
Ainsi le jeu
Se continu
Tu n’es l’ultime !
Mais sans victoire
Peut-on avoir
Quand même l’espoir
Ainsi le « je »
Ainsi vaincu 
Ainsi se finit
La vie !
 
Nul ne revient
Foule d’incertitudes
On redevient
Une particule
Le jeu est mortifère
S’endormir de toutes manières !
Il faut bien un perdant
Nul n’est gagnant contre le temps ! 
Le 19/05/07     Ainsi soit je  – MF –3