26/04/2017

L'INNOCENT parodie "Et pourtant" Mylène FARMER

 
L’innocent 
Quand, quand mensonges sont meurtriers…
Quand, quand on ose le pas de tuer …
 
« Je suppose » nourrit débat : Qui est coupable ?
C’est l’affaire de tout média !
Etat de combat….
 
Eprouvant ce jour mutilé pour atteindre l’immonde.
Cruellement, ce jour est court…..
L’innocent entrevoyait le chemin qui mène à l’ombre…
Suffocant, ses cris sont sourds….
 
Si, si moroses sont les séquelles, survie….
Comme l’épave que l’on délaisse à la ruine….
D'accusables silhouettes(49) en décadence(50)                                       
Devenues sous l’influence(51) suspectes d’ apparences(52)      
 
Eprouvant ce jour mutilé pour atteindre l’immonde.
Cruellement, ce jour est lourd…..
L’innocent entrevoyait le chemin qui mène à l’ombre…
Suffocant, ses cris sont sourds….
 
Affligeant, ce jour tourmenté pour dépeindre l’immonde !
Lentement, ce jour inonde….
L’innocent, entre procès et chagrin,vies ternes qui sombrent
Ecoutant les bruits qui comblent !
 Le 11/10/06    Et pourtant  – MF – 27

17/02/2016

ABORTION parodie "Love song" Mylène FARMER

 

Abortion
Aux vies engendrées
Involontaires
L'erreur, l'oubli
L'envie de l'autre
Jeux de pervers
Et ne saignent les mois
Inconvenance
D'imprudence
Faire disparaître le délit
 
L'air hagard
Fard de disgrâce
 
Féconde, féconde
Féconde délaissée de honte
Féconde l'autre monde
Doit interrompre
L'envolée d'une colombe
 
Aux vies engendrées
Involontaires
La faute, déni
L'envie de l'autre
Jeux de pervers
Et ne saignent les mois
Conséquence
En silence
Faire disparaître colibri
 
Evincer cellules
L'âme de l'ovule
 
Féconde, féconde
Féconde délaissée au sombre
Féconde l'autre tombe
Doit interrompre
L'envolée d'une colombe
 
Aux vies engendrées
Involontaires
La faute, déni
L'envie de l'autre
Jeux de pervers
Et ne saignent les mois
Sa présence
L'offense
Faire disparaître ne s'oublie
 
Le 24/12/2015- P
Love song - Mylène FARMER 

20/01/2016

SI LA MORT FERME L'ETAU parodie "Innamoramento" Mylène FARMER

Si la mort ferme l’étau
 Froid inattendu qui me pénètre,
Vis néant, ses banlieues mortifères, et..
J’ai la foi de sorte à comparaître
Devant le Maître
Saigne sur la faux qui m’a fauché !
 
Voie, je n’ai pas cru en ta quiétude,
Refluant sans bruit dans la fissure, mais
Quand se meurt l’ultime particule,
Ce fragment qui brûle retient l’âme pénitente et percluse, 
C’est ma peine !
 
J’n’ai pas envie de n’être
Je n’ai d’arme si la mort ferme l’étau !
Les jours, report si piètre
Et dépendre du temps, à défaut…..
Ne peux combattre sous verrous…
Que s’écarte l’âme de mon corps bientôt !
Tout mon être repose dessous
Trouver enfin peut-être un repos !
 
Ploie, comme abattu par une armée de….
Me déchoir d’une force résignée… mais…
Toi, Marie mon sort t’est donné
N’est pas de regret !
Résolue, il te faudra m’aider !
 
Moi qui ai vu le bout du tunnel, sais..
Qu’avant moi, d’autres ont cru disparaître, j’ai(60)  
Reconnu l’ennui de la demeure,
Les mânes qui pleurent…
Aux frontières, le jugement, l’agonie traîne,
C’est ma peine…
 
J’n’ai pas envie de n’être
Je n’ai d’arme si la mort ferme l’étau !
J’encoure le tort de naître
Mais suspendre le temps du chrono …..
Tu me relate des rêves fous
Mais les platines de mon corps prennent l’eau(61)  
Tout mon être s’impose mou
Trouver enfin peut-être un repos !
 Le 10/11/06   Innamoramento – MF –