22/07/2017

L'EXCES parodie "Regerts" Mylène FARMER & Jean-Louis MURAT

Fais pas dans l’excès !
Loin, va loin qui sonde
Terrain, l’ampleur des faits(87)
Prospecte le fond(88)
D’un avantage(89) !               
 
Mais nos âmes confondent,
S’imprègnent de matériel
Encourent l’effet
D’un non dosage(90) !                       
 
Superflus est dommage(91)         
Vicie notre époque,
Ne fait davantage,
Tarit les stocks !                         
 
Modérons l’outrance
Dans nos tendances
Le peu d’excédent fermente !
 
Fais pas dans l’excès
Quand l’assistance, compense,
Détourne l’intérêt
Qu’ l’intempérance déclenche(92)
Fais pas dans l’excès,
C’est la faiblesse du siècle
Protège les réformes(93)                    
D’humanité !
 
De tout, tu te prives
Tes rêves sont résidus
Prévois une issue positive(94)
 
Profusément dissipe(95)
L’essaim qu’apaise l’abus(96)        
Qu’importe les offres, il butine(97)
 
Plus que la déficience
L’excès assèche                                         
L’esprit s’évapore
Dans l’inconscience !
 
Sous l’exagération
Se cache l’ultième
Pas vers le trésor d’aubaines !
 
Fais pas Concevoir
Dans l’excès Mais prévoir
Joue prévoyance, prudence
Réprouve Et savoir
L’intérêtCe qu’on doit
Et que commence sapience !
Fais pas  Qui saura
Dans l’excès, En l’état
C’est la faiblesse du siècle Fabriquer           
Préfère les réformes  Sa croix                
D’humanité ! De sagacité    
 
 Fais pas  Recevoir
 Dans l’excès  Un espoir
 Joue prévoyance, prudence
 Réprouve  Et savoir
 L’intérêt Ce qu’on doit
 Et que commence sapience !
 Fais pas Qui saura
 Dans l’excès, En l’état
 C’est la faiblesse du siècle Apprivoise
 Préfère les réformesLes choix                
 D’humanité ! De lucidité(98)             
 
Le 07/02/07             Regrets  – MF – 78

L'ECHO DE NOS VIES parodie "Les mots" Mylène FARMER & SEAL

 
L'ECHO DE NOS VIES
Fatalement, cruel sort                
L’indéniable issue du corps            
L’étape que maint esprit appréhende          
Expirer l’écho qui tremble !
 
Certaines audaces laissent traces
D’autres passent et puis s’effacent
L’évènement s’impose et renverse les ondes
De ce monde
L’histoire s’expose et rend hommage 
Quand l’absence imparable endommage !
 
Ephémère tel un éclair,
L’écho de nos vies !
Nos grands-pères nous confèrent
Le temps des récits                                      
Peu de vie indélébile                                   
Plus fort est l’écrit
L’écho retentissant
L’écho, d’un jour marquant !
 
Méditer sur le passé
Faire semblable ou à l’inverse
Mais perpétuer les mémorables confesses
Que tous les aînés nous laissent !
 
Dans tous ces échos qui restent
Nombreux sont ceux qui nous blessent               
Ils s’éliment au fil du temps indéfini
Certains résistent !                         
Que l’aïeul nous transmette
Comme l’échotier qui sonne témoignages
 
Ephémère comme l’éclair,
L’écho de nos vies !
S’évanoui de par la terre
Porte nos esprits
Mais s’oublie l’écho futile(128) 
Dort à l’infini
L’écho disparaissant
L’écho, d’un jour passant !  
Le 16/04/07  Les mots  – MF – 49

AINSI LE JEU parodie "Ainsi soit-je" Mylène FARMER

 
Ainsi, le jeu ! 
Nul ne revient  
Foule d’incertitudes !
Un lendemain
Sans un crépuscule !
Le jeu est mortifère
S’endormir de toutes manières
Dépenser les instants
Mais surtout vivre à tous les temps !
 
Nul n’est malin, 
Foule dans cet accul !
Plus de chemin,
De vicissitudes !
Tu deviens en naissant
Condamné par un Dieu puissant
Il n’y a de plus pressant
Que de vivre le moment présent !
 
Ainsi le jeu 
N’est qu’au début
Mais se termine !
Ainsi le jeu
Se continu
Tu n’es l’ultime !
Mais sans victoire
Peut-on avoir
Quand même l’espoir
Ainsi le « je »
Ainsi vaincu 
Ainsi se finit
La vie !
 
Nul ne revient
Foule d’incertitudes
On redevient
Une particule
Le jeu est mortifère
S’endormir de toutes manières !
Il faut bien un perdant
Nul n’est gagnant contre le temps ! 
Le 19/05/07     Ainsi soit je  – MF –3